Le message du président

Pour ce peuple dispersé à travers le monde qu’est le peuple arménien, le Collège Arménien de Sèvres porte en lui un triple symbole. Par le Traité signé en 1920 au Musée de la Céramique, qui a accordé une existence éphémère à la première république arménienne, il rappelle à la fois la fragilité de cette nation et sa volonté inébranlable à surmonter tous les obstacles de l’Histoire. Crée dès 1846 à Paris, grâce au fonds légué par un mécène arméno-indien de Madras, Samuel Moorat, il rappelle également l’attachement multiséculaire des Arméniens à la France, à sa culture, à sa langue et à ses valeurs. Enfin, après une longue période de sommeil, le Collège Arménien de Sèvres retrouve sa vocation culturelle, éductative, mémorielle première et symbolise par-là la volonté des générations nouvelles à perpétuer la volonté de ses fondateurs : faire aimer l’Arménité à la France, et faire aimer la France à l’Arménité. La situation géographique unique du Collège Arménien de Sèvres, aux limites de Paris et en bord de Seine, l’espace disponible, et ses quatre bâtiments, se prêtent merveilleusement au déploiement de tous les aspects de notre vocation : un centre de recherche sur le Génocide des Arméniens et les crimes de masse en général, en collaboration avec des institutions académiques françaises ; une école, une bibliothèque, un musée pédagogique et un fond d’archives, que nous espérons abriter en partenariat avec d’autres institutions arméniennes ; une salle polyvalente, créée sur l’espace du théâtre et mis à la disposition des institutions artistiques françaises et arméniennes ; enfin une résidence universitaire, où pourront résider, entre autres, des étudiants venus d’Arménie, en particulier ceux qui souhaiteraient étudier la musique dans les écoles de la Seine Musicale. Dans le futur, si les conditions s’y prêtent, un collège-lycée de plein exercice pourrait également renaître. Tel est notre projet : unir l’Arménité à la France et unir la France à l’Arménité. Les grandes lignes de notre projet sont définies. Nous abordons maintenant sa réalisation. Le site étant interdit d’accès au public par décision des pouvoirs publics, la première étape consistera à rendre le site accessible aux associations et aux particuliers, pour les manifestations traditionnelles (ventes en faveur de l’Arménie, kermesses, activités sportives, fêtes de famille, etc.) ; viendra ensuite la remise en état du bâtiment des classes pour l’hébergement d’une école bi-hebdomadaire et des activités ludiques, artistiques et sportives ; simultanément seront constitués les dossiers de rénovation du Château, du Théâtre et de la Résidence étudiante, en collaboration avec la Fondation du Patrimoine et de la Mission Bern, qui nous accompagneront tout au long du projet. Seront également sollicités les financements des institutions publiques et les collectivités territoriales qui ont déjà manifesté un très grand intérêt pour notre projet du fait de son insertion dans le tissu social de la ville, du département et de la région et de son utilité publique. Le Collège Arménien de Sèvres, par sa symbolique, sa localisation, son espace, la diversité de ses bâtiments, par son histoire et sa vocation même, est un lieu unique en Diaspora. Notre projet est de réussir le pari de sa renaissance. Avec toutes nos volontés conjuguées, le Collège Arménien de Sèvres restera le lieu de rayonnement de la mémoire, de la culture et de l’histoire arménienne qu’il a toujours été.